Sélection de textes envisagés
Article mis en ligne le 27 décembre 2011 par Chantal Schutz
Imprimer cet article logo imprimer

Les textes en gras sont déjà en cours d’édition et de traduction.

XVIe siècle

Gavin Douglas, Eneados (1513, pub. Londres, 1553) « The Proloug to the First Buik of Eneados ». — principes de la traduction littéraire, usage de l’emprunt et du néologisme (en langue écossaise)

William Tyndale, The First Book of Moses Called Genesis (Pentateuch) (Anvers, 1530), « W.T. to the Reader » — principes de la traduction protestante, vulgarisation et rejet de l’autorité catholique.

Nicholas Grimald, M.T. Cicero His Three Booke of Duties (Londres, 1553), « N.G. to the reader » — la traduction comme « importation » et « transfert » des modèles antiques.

Thomas Phaer, Postface to The Seven First Bookes of Virgils Aeneis (Londres, 1558) — traduction et illustration du vernaculaire.

Sir Laurence Humphrey, De Interpretatione (1559), passages sur les trois modalités de la -traduction – à la lettre, « licencieuse » et juste milieu – , et sur les limites de la traduction vers les langues vernaculaires.

Thomas Drant, A medicinable morall, that is, the two bookes of Horace his satyres, Englyshed accordyng to the prescription of saint Hierome (Londres, 1566), « To the reader » — survivance des pratiques médiévales de la « moralisation » dans le domaine de la traduction.

Arthur Golding, The. xv. bookes of P. Ouidius Naso, entytuled Metamorphosis (Londres, 1567), « The Preface to the Reader » — la traduction comme « miroir » du lecteur.

Roger Ascham, The Schoolemaster (Londres,1570), « On Imitation » — usage pédagogique de la traduction comme forme de l’imitation.

Margaret Tyler, The first part of the Mirrour of Princely deedes and Knighthood ... Now newly translated out of Spanish ... by M. T.] [A translation by Margaret Tyler of bk. 1 of Espejo de Príncipes by D. Ortuñez de Calahorra.]

Sir John Harington, Orlando Furioso (Londres, 1591), « A Preface, or rather a briefe apologie of Poetrie, and of the Author and Translator of this Poeme », dernières pages — modalités de l’ « anglicisation » du poème italien.

Le catalogue ’Renaissance Cultural Crossroads’

XVIIe siècle

Philemon Holland, The historie of the vvorld Commonly called, the naturall historie of C. Plinius Secundus (Londres, 1601) — « utilité » de la traduction, défense de la vulgarisation.

John Florio, Avertissement au lecteur, in Michel de Montaigne, Essayes, Londres, 1603.

George Chapman, préfaces de Seven Books of the Iliades, Achilles Shield et Homer Prince of Poets (Londres,1597 et 1609) — définition rhétorique, puis poétique du traduire, défense du vernaculaire. Christine Sukic

The Holy Bible, (Authorised Version, Londres, 1611), « The Translators to the Reader ».

John Brinsley, Ludus Literarius (Londres, 1612), Preface + ch. VIII, « Particular benefits of the vse of Grammaticall translations, and of the Rule. », p. 105 sqq. — usages pédagogiques de la traduction, du mot à mot à la traduction plus libre.

Sir John Denham, « To Sir Richard Fanshawe, upon his translation of Il Pastor Fido  » (Fanshawe, Il Pastor Fido, Londres, 1648), et The Destruction of Troy (Londres, 1656), « The Preface » — principes de la traduction libre, « nouvelle manière de traduire », amélioration de la source et additions.

Abraham Cowley, Poems, (Londres, 1656), Préface aux « Pindarique Odes » — « imitation », « something better than a translator », la traduction libre comme « restauration » de l’original.

Alexander Brome, Préface à Poems of Horace, Londres, 1666.

Thomas Hobbes, Préface à Thucydides, History of the Peloponnesian War, Londres, 1629.

Thomas Hobbes, Préface à A Translation of Homer, London, 1675.

Katherine Phillips, Letters from Orinda to Poliarchus (Londres, 1705), lettre du 17 sept. 1663 sur la traduction du Pompée de Corneille, critique de la « paraphrase ».

Wentworth Dillon, Earl of Roscommon, Essay on Translated Verse (Londres, 1684)

Aphra Behn, An Essay on Translated Prose (Londres, 1688), premières pages sur la traduction , considérations sur les « génies » respectifs de l’anglais et du français.

John Dryden, Préface, Ovid’s Epistles (Londres, 1680)– « metaphrase, paraphrase, imitation ».

John Dryden, Préface, Sylvae (Londres, 1685) – la traduction comme portrait, maintenir le « caractère » de l’œuvre traduite, Satires (1693) – dernières pages sur la distinction entre traduction savante et traduction littéraire,

John Dryden, Préface, Dedication of the Aeneis (Londres, 1697), troisième tiers de la préface : passages sur la traduction comme « copie » des « beautés » de Virgile, stratégies d’imitation métrique, stylistique et linguistique, —, Préface, Fables Ancient and Modern (Londres, 1700) – la traduction comme amélioration de la source, affinités du traducteur et de l’auteur. Voir morceaux choisis dans Weissbort et Eynsteinsson, Translation : Theory and Practice : A Historical Reader (OUP, 2006)

XVIIIe siècle

Eustace Budgell, Esq., Preface to The Moral Characters of Theophrastus. Translated from the Greek (London, 1714)

Alexander Pope, The Iliad of Homer, (Londres, 1715), « The Preface », sig. E2 sqq  : principes de la traduction littéraire, critique des versions précédentes (Chapman, Ogilby, Hobbes)

(William Benson, Letters concerning Poetical Translations (Londres,1739), première lettre – approche exclusivement stylistique de la traduction littéraire.)

Philip Francis, A Poetical Translation of the Works of Horace (Londres, 1743-46), « The Preface », critique des « imitations » d’Horace, traduction qui se veut à la fois érudite et conforme au style de l’original.

Samuel Johnson, The Idler, no. 68 (Saturday, Aug 4, 1759) – origines de la traduction, depuis les Grecs jusqu’à l’Europe médiévale ; et 69 (Saturday, Aug 11, 1759) --- histoire anglaise de la traduction depuis Chaucer. L’œuvre de Dryden en est présentée comme le point culminant. Publié en 1761 dans The Idler, in Two Volumes (vol. 2).

William Cowper, The Iliad and Odyssey of Homer (Londres, 1791), « The Preface » — Traduction en blank verse, critique des « embellissements » apportés dans la traduction de Pope, débat entre traduction libre et traduction plus serrée (« plain »). Représentatif des tensions entre modèles esthétiques et érudits du traduire.

Alexander Tytler (Lord Woodhouselee), Essay on the Principles of Translation, (London : 1791, 1797, 1813).

A noter : le chapitre du Cours de Belles Lettres du français Charles Batteux (1753) portant sur la traduction est publié à Edinbourg en 1760 sous le titre Principles of Translation. Tytler sera accusé de plagiat tant les principes de son Essay sont proches des écrits de Batteux.

XIXe siècle

Browning, Robert, 1889 [1877], préface à la traduction d’Agamemnon, in The Poetical Works of Robert Browning, London, Smith Elder & Co.

Burton, Richard F., 1885, « Terminal Essay », in Arabian Nights, vol. X, Benares, The Kamashastra Society.

Arnold, Matthew, 1861, On Translating Homer, London, J. Murray.

Arnold, Matthew, 1906 [1862], “Last words on Translating Homer. A Reply to Francis W. Newman”, in Essays literary & critical, London, J.M. Dent & Co.

Newman, Francis W., 1861, Homeric Translation in Theory and Practice. A Reply to Matthew Arnold by Francis W. Newman, London, William and Norgate.

Newman, Francis W., 1856, “Preface” in The Iliad of Homer, London, Walton and Maberly.

Ruskin, John, 1860, "The English Translators of Homer", National Review, 11 (October).

XXe siècle

Roger Fry, "An Early Introduction", Stéphane Mallarmé : Poems, 1936, trad. Rogery Fry, Londres : Chatto and Windus, 1938, pp. 306-308.

puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce RSS puce Valid XHTML 1.0 Strict
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V2